Un peu d’histoire.



Pionniers des fifties.
Faire jouer l'ordinateur aux échecs a toujours éveillé l'imagination des informaticiens puisqu'on retrouve les fondations d'un tel programme dés 1947 (Alan Turing).
Deux ans plus tard, Claude Shannon programmait une machine pour résoudre les mats en deux coups.
En 1950, les bases de la programmation des moteurs d'échecs (minimax et alpha-beta pruning) étaient déjà d'actualité.
En 1957, un programme écrit par Bernstein, tournant sur un IBM 704 pouvait jouer une partie d'échecs, mais à un niveau de performance inférieur à celui d'un joueur débutant.

Sixties et premiers résultats.
Il faudra attendre 1966 pour voir les programmes se frotter aux joueurs un peu plus consistants. Entre 66 et 67, Richard Greenblatt et une équipe dédiée réalisait MacHack VI (sur DEC PDP-6) qui affichera quelques performances en participant à des tournois "humains" dans les petites catégories. Il obtenait des scores de 1400 elo US, le situant au niveau d'un joueur occasionnel relativement "dégourdi".
Dans le même temps, les programmes US commençaient leurs confrontations par correspondance avec des programmes de l'ex Union Soviétique, pays déjà bien avancé sur le sujet avec notamment la contribution du champion russe Botvinnik passionné par ces nouvelles technologies.

Seventies, la guerre froide a bien eu lieu.
Le premier championnat des programmes d'échecs se tiendra à New York en 1970. Des six programmes présents, c'est Chess 3.0 de Atkin et Gorlen qui l'emportera.
Quelques mois plus tard, à l'Est, les moscovites créaient Kaïssa qui tournait sur.... un ordinateur Anglais !
Trois ans plus tard, en 74 à Stockholm ce même Kaïssa remportait le premier Championnat Mondial des programmes sans perdre une seule de ses 4 parties devant une cohorte de programmes américains et canadiens, dont le fameux
Chess... De quoi vexer nos amis yankees ! (Wiki-Kaïssa)
Il faudra attendre 1977 pour que le champion américain Chess (version 4.0) prenne sa revanche et hisse la bannière étoilée tout en haut du podium. Ensuite, Il en ira des programmes d'échecs comme de la conquête spatiale : les USA resteront number one dans ce domaine, avec Chess, puis Bell, Cray Blitz et autre Deep Though, et ce jusqu'en 1992 !

Machines dédiées, l'âge d'or.
Les premières machines dédiées, (jeux d'échecs électroniques) apparaissent sur le marché grand public en 1977. Leur niveau est très faible, à peine supérieur à celui d'un débutant (1000 elo). Début 80, elles se généralisent et le marché connaît même un assez joli développement.
Du coup, les meilleurs programmeurs vont évidemment travailler pour les 4 ou 5 entreprises ayant pris possession du marché. Ces machines dédiées équipées de processeurs modestes vont parfois rivaliser avec les programmes tournant sur de gros systèmes car la qualité du programme compensait la profondeur de calcul. Durant les années 82- ces machines se classent correctement dans des tournois open en égalisant et parfois en battant les "Super Computer" du moment.
En 1980, un championnat du monde réservé aux machines dédiées est créé c'est une machine Fidelity des époux Spracklen qui l'emporte. Dés 1982 les meilleurs ordinateurs dédiés jouent au niveau d'un bon joueur de club (1700/1800 elo maxi). De nombreuses machines disponibles dans le commerce obtiennent d'excellents résultats dans des tournois avec "humains". Preuves à l’appui, elles atteindront le niveau d'une première série française à l'aube des années 90 (2000 elo), puis viendront chatouiller celui d'un Maître (2400 elo) avant de connaître un essoufflement sur le marché dans le milieu des années 90. Pendant ce temps, en marge des programmes sur gros systèmes, les forts programmes sur micro-ordinateurs se sont développés et ont logiquement dépassé les performances des machines dédiées, limitée par leurs spécifications techniques.

La quête du Graal !...
Pour les programmeurs, mais aussi pour les industriels de l'informatique, le fait de pouvoir annoncer que l'ordinateur serait capable de battre l'homme aux échecs a longtemps représenté un objectif mythique. Pour beaucoup, ce jour venu, quelque chose aurait changé dans les rapports de l'humanité avec l'intelligence artificielle !
Dans ce climat, en plein milieu des eighties, le géant IBM en personne décide de mettre en place une équipe spécifique chargée de créer un programme susceptible de battre le champion du monde d'échecs à moyenne échéance.
Les premières tentatives se solderont par.... des revers cinglants ! En 89, Kasparov inflige une sévère correction à Deep Though. Il faudra attendre son successeur, le fameux Deep Blue pour qu'en 1997, le champion, incontestablement plus fort joueur d’échecs au monde, tombe par 3.5 à 2.5 contre l'ordinateur : Une page était tournée !... (Parties en téléchargement : Hommes vs Computer )
Depuis, les programmes n'ont cessé de progresser. A présent, les meilleurs d'entre eux, parfois gratuits, tournant sur le PC de Monsieur Tout le Monde, sont capables de rivaliser ou de battre les meilleurs joueurs du monde !
Ils font partie de la panoplie des outils mis à la disposition des amoureux d’échecs quel que soit leur niveau, amateur comme professionnel.

Organiser des tournois entre les logiciels, trouver le bon niveau pour disputer une partie avec la machine, comparer les styles.... tout un programme !